Talasi es-tu chamane ?

Je me présente sous le terme de femme-médecine plutôt que chamane même si certaines personnes en tant que telle.

La première fois que ce terme me fut attribué, je dialoguais avec un être cher.

Il me dit : « j’ai dit à Untel que j’avais rencontré une chamane, elle vit dans la forêt »

« Je ne suis pas chamane ! » répliquais-je

« Si tu l’es, tu fais le pont entre le visible et l’invisible, tu es une chamane ! » insista-t-il . Si tu veux m’appeler comme ça… je ne m’attardais pas plus longtemps à argumenter car il y avait tant d’amour, de confiance et d’innocence dans sa bouche.

Je suis indéniablement une femme-médecine, qui prend soin du corps, des corps : corps physique, corps émotionnel, corps éthérique…de vos cœurs et de vos âmes cependant je ne parle pas de chamanisme pour qualifier mes fonctions, je suis simplement la voix de mon âme en résonnance avec ma Terre et ses traditions sacrées ancestrales.

Il y a tant de dérives, quand au néo-chamanisme, où le savoir ne repose sur aucune base communautaire, aucune lignée ancestrales et le terme ignore la merveilleuse diversité des cultures ancestrales et est considérée par les peuples désignés comme tels comme réducteurs.

La vie d’une Femme-médecine

Chez les Lakotas du Nord, on dit qu’on ne devient pas pas « Wichasa-wakan » par choix, comme on devient psychologue ou chirurgien. L’être choisi est visité par des rêves, des visions qui le conduisent à s’engager sur cette voie.

En ce qui me concerne, j’ai compris que ce non-choix apparent, n’est en fait qu’un choix de l’âme qui resurgit. Mes premières manifestations arrivèrent à 12 ans.

Vie de sacrifices, de pauvreté, de solitude … cela appartient à des croyances et à des bases énergétiques. D’autres peuples plus ancrés dans des énergies plus lointaines ont d’autres pratiques. Chez les Kalinas, ma branche amérindienne, le chaman vit en couple et tous deux ont des capacités complémentaires et différentes. Ils fondent des familles et le bonheur fait partie de leur vie. Les Lakotas ( USA) sont plutôt sur l’énergie du Poisson et beaucoup de courants religieux et spirituels qui prônent le sacrifice embrassent pleinement cette énergie. Nous avons quitté l’ère du Poisson, l’ère du Poisson correspond à une énergie de sacrifice, cette vision des choses n’a plus lieu d’être. Nous sommes entrés dans l’ère du Verseau qui porte l’énergie du changement, de profondes transformations aussi nous devons comprendre que tout ce que nous avons connu depuis 2000 ans est obsolète. Il y a quelques années j’ai compris que je n’allais pas « officier » comme je l’avais appris et que mes manières de soigner allait évoluer. Et effectivement, j’ai évolué très vite vers de nouveaux modes, le souffle, la voix, les sons, les cristaux … et je sais que je ne suis qu’au début de ma transformation à ce niveau là.

Bien-sûr, j’ai une discipline de vie, une discipline alimentaire, d’exercices physiques, énergétiques, sans pour autant oublier de me faire plaisir. Je ne fais pas d’excès, je bannis tout ce qui est nuisible à mon corps. J’ai conscience aujourd’hui de vivre une vis hors système, une vie de privilégiée mais c’est d’abord un choix, une construction.

Je construis la vie dont je rêve, aussi je m’en donne les moyens. je ne suis pas arrivée là par hasard, ni les bras croisés.

Laisser un commentaire